Le contenu est l'ingrédient principal de la qualité d'un site Web. Mais rédiger pour le Web comporte des règles et des interdits. Petit florilège des pratiques à éviter.

Navigation

  • Rubriques valises comme "divers" et "liens" : si une information se retrouve dans une telle rubrique c'est qu'elle n'a pas sa place sur votre site. Toute information doit pouvoir être classée et hiérarchisée pour être facilement retrouvée par l'utilisateur

  • Multiples profondeurs de menu : les menus déroulants sont plus difficilement navigables pour les personnes à mobilité réduite. S'ils ne sont pas à proscrire absolument, le nombre de sous-menus dans les menus déroulants doit néanmoins être limité. Si vous avez plus de deux sous-menus en dessous de votre menu principal, votre contenu est sans doute mal "découpé", trop subdivisé. Ne cherchez vous pas à trop en dire ? Les informations proposées dans les rubriques les plus profondes ne peuvent-elles pas être remontées à un niveau supérieur ? Sont-elles vraiment indispensables ? N'auraient-elles pas leur place dans une rubrique à part ?

  

Mise en page

  • Trop de stylesLes styles associés aux différents éléments (titre, encadré, citation...)sont des éléments de la charte web de l’établissement. Cette charte garantit la cohérence des sites web d'AMU, aussi, n'ajoutez aucune mise en forme supplémentaire. Par exemple, un titre auquel vous appliquez le style Titre 2 ne devra pas en plus être traité en gras, en italique, en encadré etc. De la même façon, les liens ont une apparence spécifique (bleu foncé qui devient bleu clair+souligné au survol de la souris). Ce traitement garantit l'affordance du lien (l'affordance est la capacité d'un objet à suggérer son utilisation) car les liens sont traditionnellement traités de cette manière sur le web. En ajoutant des styles supplémentaires sur les liens, vous diminuez leur affordance, ce qui est contre-productif.

 

  • Mauvaise utilisation des niveaux de titre. Il convient de respecter l'ordre hiérarchique des titres : un titre de niveau 2 sera toujours situé sous un titre de niveau 1, un titre de niveau 3 sous un titre de niveau 2… Les niveaux de titre ne doivent donc pas être choisis pour leur esthétique mais pour leur niveau hiérarchique.  Le respect des niveaux de titre est d'une importance capitale pour la conformité des pages web aux standards internationaux (W3C). 

Des pages non conformes sont considérées comme non valides par les robots de Google et des autres moteurs de recherche ce qui compromet la qualité du référencement.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Mauvaise utilisation des outils de surlignage. Les encadrés gris permettent de mettre un paragraphe en exergue. Les surlignages colorés permettent de mettre en avant un groupe de mots. Les deux traitements ne doivent pas être cumulés. Le surlignage coloré ne doit pas être appliqué sur des paragraphes entiers au risque de restreindre la lisibilité. 

  • Texte centré ou justifié. Les usages de la mise en page sur le web diffèrent des usages de la mise en page traditionnelle. Ainsi, vos textes ne doivent être ni centrés ni justifiés.

Rédaction

  • Pages trop longues : Ne cherchez pas à tout dire. inutile de copier-coller la totalité de vos plaquettes institutionnelles. Le site web doit proposer une information concise. Les pdf des plaquettes peuvent être proposés en pièce jointe pour les utilisateurs qui veulent vraiment TOUT savoir
  • Rédaction inadaptée au web : la lecture sur écran est plus lente et plus laborieuse que la lecture sur papier, c’est pourquoi les contenus rédigés pour le web doivent être spécifiques. Le copier-coller de vos plaquettes institutionnelles est à proscrire : vos contenus doivent être retravaillés pour être lisibles à l’écran (ajout d’intertitres, d’illustrations, reformulation pour plus de concision…)

Visuels

  • Trop ou trop peu. La répartition entre texte et images sur vos pages doit être équilibrée.
  • A la place des textes. Evitez d'utiliser des images comme titre ou comme élément de navigation car elles ne seront pas reconnues comme telles par les moteurs de recherche. C'est dommage car les titres et les liens font partie des éléments les plus forts en matière de référencement.

  

  • Juste pour décorer. Vos pages doivent être illustrées avec des images qui renforcent le propos et ont un réel intérêt informationnel. Ainsi, on ne choisira pas une photo de calanque juste "pour faire joli". On préfèrera des visuels de qualité qui enrichissent et complètent le contenu textuel. N'hésitez pas à utiliser l'effet shadowbox qui permet de proposer des graphiques et infographies au sein même de vos pages sans prendre trop de place. 
  • Disparates. Sur une seule et même page (voire sur un seul et même site), il est important de veiller à l'uniformité des styles d'images. Des styles disparates reflètent un manque de modernité et peuvent même être perçus comme une forme d'amateurisme. Il existe des styles différents du plus réaliste au plus illustré. Faites votre choix et essayez de vous y conformer. Lors de vos recherches, la banque d'images Shutterstock vous permet de filtrer les images par type (photo, illustration), par couleur, par catégorie etc.

  • De mauvaise qualité. Vos images doivent être de qualité, surtout dans les diaporamas (carrousels) des pages d'accueil.